Les premiers jours du blogging
Les premiers jours du blogging

En classe de 5eme, j’ai rêvé de construire une école uniquement pour les filles  enceintes en milieu scolaire afin de leur éviter les railleries des camarades qui causaient selon moi leur abandon des classes.

En 1ere année d’université suite à une expérience d’une amie, j’ai compris que le problème était bien plus profond. Il s’agissait de préoccupations telles que : A qui confier l’enfant pour aller au cours? Comment subvenir  à mes besoins et ceux de l’enfant ? Comment organiser mon temps pour m’occuper de l’enfant et étudier ? Ou trouver les ressources nécessaires au financement de mes études ?  Etc.

En 3eme année d’université, à l’aube d’une nouvelle année où je planifiais mon avenir professionnel, j’ai écris un projet pour  la prise en charge des filles mères.

Pendant les vacances universitaire de cette même année, ce projet est devenu réalité au travers d’un blog www.akossiwadokpodjo.wordpress.com (EducFilleMere).

Aujourd’hui, cadre dans une institution du pays, je profite de mes congés annuels pour descendre sur le terrain et recenser les filles mères dans le besoin et désirant poursuivre leurs études. Je présente le profil des filles aux personnes de bonne volonté désirant les soutenir financièrement, matériellement et moralement  pour la poursuite de leurs études.

Dans le futur je rêve qu’#EducFilleMere devienne une fondation  qui œuvre pour l’ éducation des filles mères.

Et vous? Quel est votre rêve? Vous pouvez vous joindre à nous pour l’autonomisation des filles.

 

Akossiwa DOKPODJO

2 thoughts on “A propos

  1. C’est un bon combat, chère amie.

    Pour cause de grossesse, beaucoup de filles sont déscolarisés chaque année.

    Ce qui est injuste, c’est le regard accusateur que posent sur elles la famille et la société, comme s’ils tout était de leur faute.

    Il faudrait au contraire les soutenir et leur offrir de meilleures chances afin qu’elles puissent devenir autonomes et participent pleinement au développement de leur pays.

    Tu le fais si bien et je t’y encourage.

Laisser un commentaire