Première Journée Internationale de l’Education

Categories Témoignages
Témoignage de REBECCA pour EducFilleMere

Nécessité de l’achèvement de la scolarité des filles mères.

Seulement 2% des filles les plus pauvres des pays à faible revenu achèvent le deuxième cycle du secondaire selon l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) et le Rapport mondial de suivi sur l’éducation. La maternité précoce, est l’une des causes de ce faible taux d’achèvement de la scolarité des filles.

 

 

https://youtu.be/vSEUEPXrd8Q

 

 

La question qui vient naturellement c’est comment renverser la tendance.

Pendant de nombreuses années, l’une des  problématiques de l’éducation  a été comment faire  pour augmenter le nombre d’inscription des filles à l’école. Aujourd’hui la question est comment les y maintenir.

Étant donné que l’adolescence survient généralement au cours du 1er cycle du secondaire, les filles sont attirées par la découverte du sexe opposée. Ceci conduit certaines d’entre elles dans bien des cas à la grossesse précoce lorsque celles ci ne disposent pas de toutes les informations et aides nécessaires à la prévention d’une grossesse.

Nombreuses sont celles qui abandonnent suite à une grossesse sur les bancs.  Mais  parmi elles, heureusement il y en a qui sortent la tête du lot et continuent leurs études malgré toutes les difficultés liés à la conciliation de la maternité et des études. Bien  heureusement parce que  les inégalités hommes et femmes que nous observons aujourd’hui dans le monde du travail, dans les instances de prises de décision risque de s’accroîtrent si rien n’est fait pour  maintenir toutes les filles sans exception faites de celles qui tombent enceintes sur les bancs à continuer leurs cursus scolaires.

Nous n’encourageons aucunement les grossesses précoces  en milieu scolaire mais luttons pour que les filles qui tombent enceintes sur les bancs soient soutenues pour la poursuite de leurs études et qu’elles soient encouragées dans ce sens. L’éducation est un droit pour tous.

Dans la vidéo ci-dessous, Rebecca qui est devenu mère sur les bancs presque à la fin de son second cycle du secondaire nous raconte ce qui la motive chaque jour à ne pas abandonner et exhorte ses sœurs à faire pareil.  Elle est aujourd’hui à l’université et se bat chaque jour avec les difficultés liés à sa situation sociale et économique pour réaliser son rêve qui est de devenir professeur et revenir enseigner dans son village.

Passionnée de la Communication pour le Développement, et comprenant les enjeux de l’éducation des filles, je plaide pour l'achèvement de la scolarité des filles-mères.

Laisser un commentaire